[Chrönique] Der Blutharsch and the infinite church of the leading hand – What Makes You Pray – Album – 2017

[Chrönique] Der Blutharsch and the infinite church of the leading hand – What Makes You Pray – Album – 2017

Prenant, fascinant, exaltant du début à la fin, What Makes You Pray est une drogue légale où l\\\\\\\\\\\\\\\'overdose est plus qu\\\\\\\\\\\\\\\'autorisée... Lire la suite »

 [Entretien] Fleurety

[Entretien] Fleurety

Fleurety n’en fait qu’à sa tête. S’il n’en avait qu’une, cela pourrait encore se passer sans heurt. Mais ils sont deux – Svein Egil Hatlevik et Alexander Nordgaren – à piloter cette improbable entité démoniaque. En plus de 25 ans de carrières, mais en trois albums seulement, les Norvégiens ont montré les innombrables facettes de leur bestiole. Dix-neuf ans après la sortie de Department Of Apocalyptic Affairs, The White Death rompt le silence, dévoilant un groupe toujours aussi insaisissable. Entretien avec Svein Egil Hatlevik. Lire la suite »

 

Un quatrième album pour Mephorash (occult black metal – Suède).

La formation occulte suédoise Mephorash a annoncé la sortie prochaine de son quatrième album, qui fera suite à 1557 – Rites of Nullification sorti en 2015. En attendant, un single reprenant deux morceaux extraits de ce futur album, baptisé  777: Third Woe, sera disponible en décembre via Shadow Records sous la forme d’un vinyle. L’un de ces morceaux a été rendu disponible à l’écoute :

L’artwork de cet EP a été réalisé par Jose Gabriel Alegría Sabogal.

Mephorash : Facebook / Bandcamp / Site

Shadow Records: Facebook / Site

Adrien.

[Chrönique] Conjuro Nuclear – ♄+ Magia Negra – 2016

Autoproduction

Black metal / darkwave / dungeon Synth

Espagne

Cassette

Conjuro Nuclear est un projet espagnol difficilement caractérisable. Cette cassette sortie il y a presque deux ans (mars 2016), regroupe deux albums♄et Magia Negra , elle se situe à la croisée du dark ambient, de la darkwave et même du dungeon synth par certains aspects. D’épiques mélodies de guitare sont appuyées par des accords sombres au synthé et une batterie au rythme simple que rejoint parfois une voix saturée, mais bien des moments sont plus méditatifs et plus obscurs.

Une édition cassette pour le premier album de janvier (atmospheric black metal – Canada).

Il est disponible dans ce format depuis peu via les labels Les Fleurs du Mal Productions et Corde Raide Productions, il est aussi disponible en CD depuis le mois de février 2017 via Wolfspell Records.

Janvier : Facebook

L.G.

[Chrönique] Stefano de Ponti | Eleonora Pellegrini – Physis – Album – 2017

Manyfeetunder / Concrete

Ambient / drone / electroacoustic / experimental

Italie

CD

Stefano de Ponti est un artiste sonore touche-à-tout qui s’est notamment illustré dans le domaine de l’autoproduction et dans le marché de niche du DIY. Physis est son nouveau projet, en binôme avec Eleonora Pellegrini. Ce premier opus est une plongée radicale, empirique et exploratoire dans les premiers âges du monde, aux sources du langage, nouant un rapport direct et non médiatisé avec le tellurique et ses éléments.

 

Le Silence des Ruines (martial pop / dark ambient – France) : nouvel album.

Intitulé Quis ut Deus il est  disponible uniquement en numérique.

Cet album est dédicacé à la mémoire de Soldat D.

Vous pouvez le télécharger via le lien suivant  : http://uptobox.com/lwjlcdd68obh

Le Silence des Ruines : Facebook

L.G.

 

Troum (dark ambient – Allemagne) : une compilation.

 

(crédit photographique : BLACK MARA)

Intitulée Da – Pu – Ri – To – Jo elle contient les titres sortis sur des vinyles 7 pouces.

Pour l’occasion, ils ont été remasterisés.

Elle est disponible depuis peu via Black Mara Records.

Troum : Facebook

L.G.

[Chrönique] Mekigah – Autexousious – Album – 2017

Aesthetic Death

Experimental / dark ambient / doom metal / noise

Australie

CD


Autexousious est le quatrième album de l’Australien Vis Ortis, alias Mekigah. Suite logique de Litost, ce nouvel album confirme le goût prononcé de Vis Oris pour les ambiances froides et malsaines.

Gerten (synthpunk / darkwave – Russie) : un EP.

Il est depuis peu disponible en cassette via Heartworm Press.

Gerten : Facebook

Heartworm Press : Facebook

L.G.

Le dernier album d’Aosoth (black/death metal – France) dévoilé dans son intégralité.

Baptisé V: The Inside Scriptures, le 5ème album des Franciliens d’Aosoth sera disponible à l’achat demain (le 17 Novembre) via Agonia Records aux formats CD et vinyle.

Annoncée comme le dernier chapitre du concept du groupe, cette nouvelle offrande se composera de six morceaux :

1 – A Heart To Judge
2 – Her Feet Upon The Earth, Blooming The Fruits Of Blood
3 – The Inside Scriptures
4 – Premises Of A Miracle
5 – Contaminating All Tongues
6 – Silver Dagger And The Breathless Smile

Le superbe artwork représentant encore une fois l‘entité Aosoth a été réalisé par Benjamin A. Vierling.

Les précommandes sont ouvertes.

Aosoth : Facebook

Agonia Records : Facebook / Bandcamp / Site

Adrien.

[Entretien] Fleurety

(c) Trine + Kim

Fleurety n’en fait qu’à sa tête. S’il n’en avait qu’une, cela pourrait encore se passer sans heurt. Mais ils sont deux – Svein Egil Hatlevik et Alexander Nordgaren – à piloter cette improbable entité démoniaque. En plus de 25 ans de carrières, mais en trois albums seulement, les Norvégiens ont montré les innombrables facettes de leur bestiole. Dix-neuf ans après la sortie de Department Of Apocalyptic Affairs, The White Death rompt le silence, dévoilant un groupe toujours aussi insaisissable. Entretien avec Svein Egil Hatlevik.

AsCl3 : Depuis ses débuts en 1991, Fleurety a toujours été un projet montrant des visages différents à chaque sortie. Ceci est d’autant plus vrai depuis votre retour en 2008 et les divers EP parus depuis. Quel est, selon toi, le dénominateur commun du son «Fleurety»?
Nous n’avons pas de mission particulière, ni de message à faire passer. Si ce n’est affirmer jouer du «true Ytre Enebakk black metal» (Ytre Enebakk est un village norvégien de la région d’Oslo, ndlr).

En 9 ans, Fleurety a sorti quatre EP, mais le premier «vrai» album n’arrive qu’aujourd’hui. Pourquoi ?
Alexander Nordgaren, le guitariste, et moi, vivons depuis de nombreuses années sur deux continents différents. Il n’est pas aisé pour nous de nous retrouver et de «répéter». Tout au plus, le temps à disposition nous a permis d’accoucher d’un ou deux titres par session. Notre principal souci, ces dernières années, a été de maintenir Fleurety en activité, d’une manière ou d’une autre. Il nous semblait plus judicieux de sortir quelques EP de manière ponctuelle que de ne rien sortir du tout.

 

En sortant deux titres à la fois, sur des 45 tours, tu peux te permettre d’explorer différentes voies. Il en va autrement d’un album. Étiez-vous animés par un souci de cohérence d’ensemble?
Oui, totalement. Nous voulions que The White Death sonne comme un tout : comme un seul groupe interprétant différentes chansons dans une même pièce. Nous avons été attentifs lors des enregistrements à l’emplacement des micros, à nos réglages… Tout cela dans le but d’avoir un son cohérent à l’arrivée. Les titres te mènent peut-être dans des directions diamétralement opposées, mais le son général est maîtrisé et ses variations restreintes.