Monthly Archives: décembre 2016

[News] Un nouvel album pour Nidingr (black/death metal – Norvège).


Intitulé The High Heat Licks Against Heaven il sera disponible le 10 février sur  Season of Mist.

Nidingr : Facebook

Season of Mist : site / facebook

 

L.G.

[News] Un nouvel album de Goatmoon (black metal-Finlande) annoncé pour 2017 !

image

Intitulé Stella Polaris il sortira en février sur Werewolf Records.

image

Goatmoon : Facebook

Werewolf Records : site, Facebook

L.G.

[News] AM NOT (post-industrial – Angleterre) a mis en ligne un nouveau titre.

image

 

AM NOT : Facebook

L.G.

[News] Une cassette pour Worsen (black metal – États-Unis).

Intitulée Grand Scheme elle est disponible depuis ce mois-ci sur le label Popnihil.

 

Worsen : Facebook

Popnihil : Facebook

L.G.

[Entretien] KLLK

image

Le premier album de KLLK sortant en janvier 2017, on vous propose de mieux faire connaissance avec cette jeune formation du sud de la France. Bonne lecture.

image

(Crédit photographique : KLLK)

L.G. : Vous signez votre premier album sur Caligari Records…Quelle  est sa thématique principale, et où l’avez vous enregistré?

C. Neomalthusian : Salutations Louis Germain, oui nous avions déjà eu quelques échanges avec Caligari Records pour quelques trades auparavant (en partie avec mon label Solar Asceticists Productions). Ce pacte, c’est du pain bénit pour nous, il y a de très bons groupes chez Caligari, je pense notamment à Lung Molde ou Jupiterian.

Chacune de nos sorties se présente avec une thématique définie se basant sur les cultes cosmogoniques d’une certaine civilisation, avec souvent un ouvrage de référence. Pour cette sortie, les travaux de Mircea Eliade notamment Le mythe de l’éternel retour, et La doctrine de l’éveil de Julius Evola nous ont amenés à retranscrire la cosmogénèse et son reflet tellurique, les solstices, les équinoxes et les célébrations qui en découlent. Le Brasier des Mondes a été choisi comme un point d’ultime renouvellement, la renaissance par les flammes cosmiques. Le travail sur les compositions a débuté sur la fin de l’année 2015, et l’enregistrement s’est fait progressivement dans le home studio de Sk², puis la batterie a été enregistrée séparément par Benjamin B. au studio l’Avion. Benjamin, suite à des priorités d’ordre privé, nous a quittés non longtemps après ça, je tiens donc à signaler que nous recherchons activement un batteur.

image

(Brasier des Mondes – édition cassette)

L.G. : Vous proposez deux artworks différents, selon les supports CD ou cassette (si je ne me trompe pas), pourquoi avoir fait ce choix ? Là encore, ils différent quelque peu de ce que l’on a l’habitude de voir…Qui est la personne qui les a réalisés ?

C. Neomalthusian : Alors l’idée de départ est d’étayer au maximum le concept sur les cycles, musicalement comme visuellement, donc on a pensé à approfondir l’imagerie. Il nous fallait du visuel dessiné, traditionnel et qui renverrait aux thématiques abordées. Sur la version cassette, la vision du Brasier des Mondes est plus tellurique et sur celle du CD elle est davantage “céleste”. Si on diffère dans notre mode d’expression, ce n’est jamais volontairement, il n’y a aucune volonté de prétendre renouveler le genre au contraire, notre démarche se veux plutôt “archaïque”.  Après  ça, oui, bien sûr on ne traite pas de sujets sataniques, lucifériens ou vaguement – banalement – antichrétien comme bon nombre de nos contemporains, donc l’imagerie s’inscrit dans la continuité des paroles et du noyau musical. Depuis l’EP Between the First Heliocentric Wind and the Great Devourer of Light c’est Daphné (DPHN) ma compagne qui réalise les visuels. Très inspirée par l’étude des Védas et dotée d’une certaine technique, Daphné s’est naturellement projetée dans l’univers de KLLK sans difficulté.

(Brasier des Mondes – édition CD)

L.G. : Vous pratiquez un style assez particulier, comment naît typiquement un morceau de KLLK ?

C. Neomalthusian : On construis un morceau comme on construis un temple. En tout humilité, c’est l’union de chacun qui contribue à ériger ces titres et former cette cohésion spirituelle. Les procédés sont donc extensibles dans la majeur partie des cas, mais Sk² reste souverain et se place souvent à l’origine des compositions.

L.G. : Quelles sont vos principales influences qu’elles soient musicales ou non ?

C. Neomalthusian : Une question qui promet une réponse bien étendue…on va essayer d’écourter tout ça. Nos influences d’abord musicales s’étendent sur de vastes horizons, quand notre feu batteur était partisan de groupes comme Disembewolment, Demilich et Dead Congregation, N. Sol Invictus se rapprochait davantage du pagan et de la scène BM québécoise, tout comme notre bassiste I. Catharsis avec un penchant pour la scène finlandaise. Quant à Sk² ses références sont Portal, Dodsengel, Urna (Iter ad Lucem), Ulcerate et Deathspell Omega (Kenose). De mon coté ça va de Vrolok à Negative Plane, en passant Trepaneringsritualen, Desertshore de Nico, Theologian et Ash Borer. Dans l’ensemble nous avons tous des références assez éclectiques (du neofolk au power electronics), mais à travers les morceaux ce sont surtout le funeral doom et le black metal Atmosphérique qui nous inspirent.

Pour ce qui est des influences non musicales, les écritures sacrées, l’anthropologie et les essais philosophiques (pérennialisme) se placent au premiers rangs. Sk² puise ses sources sur des l’étude gnostique chrétienne, les cultes de l’antiquité grecque, Hermès Trismégiste, le terrain de l’immanence et les écrits de Lovecraft, de mon coté c’est la Tradition, sur le plan philosophique, qui m’inspire le plus. Tu as dû l’apercevoir à plusieurs reprises, Julius Evola (Chevaucher le tigre comme livre de référence et de méditation), Coomaraswamy, Guénon, Eliade sont souvent cités à travers les travaux de KLLK, mais d’autres approches notamment cinématographiques m’inspirent aussi, je pense au cinéma russe de Tarkovsky et kalatozov, Leos Carax puis Lucile Hadzihalilovic et J. Mojica Marins.

image

(Pochette de l’EP Between the First Heliocentric Wind and the Great Devourer of Light)

L.G. : Peut-on dire que KLLK est une sorte de redécouverte, de quête, en grande partie instinctive  dans le sens où elle ne repose pas principalement, sur une démarche intellectuelle, sur une reconstruction critique, de principes spirituels premiers ? Il me semble que vous recherchez par vous-même et en vous-même une transcendance prohibée par la “tyrannie du capital”…

C. Neomalthusian : En réalité, comme tu l’a bien défini nous n’avançons pas à l’aveugle… parmi des aveugles. Il y a effectivement à travers KLLK une volonté de s’extirper de ce brasier humain dont l’illusion, l’économie mondialisée et le matérialisme en serait le prolongement mécanique. L’immanence, non comme repli, mais comme extension de nous-mêmes est très présente, voire essentielle dans les travaux de notre groupe. C’est en quelque sorte une volonté de rompre activement avec les rouages d’une humanité qui n’accepte pas la fin de son cycle, le

Kali Yuga. Ce qui expliquerait par là, la présence archaïque de messages primordiaux, une certaine forme de rattachement à une origine lointaine et cosmique. KLLK n’est pas non plus une arcane nihiliste ou une certaine forme de catharsis existentielle, il se situe, sans tomber dans la vulgarité “new age“, dans le prolongement de l’Être en soi et de son absolution. Donc nous souhaitons retranscrire, loin de l’intellectualisme classique, une véritable démarche active et non passive comme réponse à l’obsolescence, à contre-courant de cette époque qui ne sait pas même qu’elle meurt autant spirituellement que physiquement.

image

(Crédit photographique : KLLK)

L.G. : Prévoyez-vous de réaliser des concerts ?

C. Neomalthusian : On a l’intention depuis quelques années de préparer notre groupe à des prestations scéniques pouvant transmettre l’univers de nos opus devant un public, mais la difficultés de trouver des batteurs dans le sud de la France compromet et retarde ce projet. On verra bien ce que nous dira l’avenir.

L.G. : Je vous remercie d’avoir répondu à mes questions, je vous laisse le mot de la fin…

C. Neomalthusian : Merci à toi pour cette interview.

KLLK : Facebook

Entretien réalisé par L.G. par courriel. Décembre 2016.

 

[News] Un nouvel album pour The Committee (black metal).

Intitulé Memorandum Occultus il sortira en vinyle et en CD sur le label Folter Records le 25 février 2017

Folter Records : Facebook

The Committee : Facebook

L.G.

[News] Un nouvel EP de Phase Fatale (techno/industrial – Allemagne).

Il porte le titre d’Issue n.15 et il est disponible sur le label Jealous God.

Phase Fatale : Facebook

Jealous God : Tumblr

L.G.

[News] Un nouvel EP  pour Inexorable (death metal – Allemagne).

image

Intitulé Sea of Dead Consciousness il sera disponible le 31 janvier 2017 en CD sur le label Godz Ov War Productions.

Godz Ov War Productions : Facebook

Inexorable : Facebook

L.G.

[News] Corpus Diavolis (black metal – France) sortira un nouvel album en 2017.

Intitulé Atra Lumen  il sortira sur Aeternitas Tenebrarum Musicae Fundamentum.

ATMF : Facebook

Corpus Diavolis : Facebook

L.G.

[News] Deuxième album pour Trauer (black metal – Allemagne).

Intitulé A Walk into the Twilight il est disponible depuis le 12 décembre sur le label Nihilistische KlangKunst.

Nihilistische KlangKunst : site

L.G.