Monthly Archives: décembre 2017

Demonomancy (black / death metal – Italie) : deuxième album.

Intitulé Poisoned Atonement il sera disponible en CD via Invictus Productions en février 2018.

Demonomancy : Facebook

Invictus Productions : Facebook

L.G.

Havenaire (ambient / drone – Suède) : nouvel album.

Intitulé Rabot il est disponible depuis le 13 décembre via Glacial Movements.

Havenaire : Facebook

Glacial Movements : Facebook

L.G.

Ataraxy (death metal – Espagne) : deuxième album.

Intitulé Where All Hope Fades il sera disponible le 16 février 2018 via Dark Descent Records.

Ataraxy : Facebook

L.G.

[Chrönique] Cendres – Schattengestal – EP – 2017

Solar Asceticists Productions

Black metal

France

Cassette

Cendres est de retour. Comme je pense que ce nom évoquera quelque chose qu’à un nombre restreint d’entre vous, en guise d’introduction, un coup de projecteur vers le passé ne sera pas inutile.

Projet black metal discret (comme devrait l’être la majorité de ces formations) et bien de chez nous, il est certainement mené de front par une seule âme. Ayant sorti une démo (Ungeziefer) chez Drakkar Productions en 2007 Cendres est une expérience qui vaut le détour. Il est à noter que d’autres démos ont suivi dans des éditions autoproduites en cassette, mais surtout diffusées via Bandcamp. Ainsi, on peut donc, voir cette édition de Solar Asceticists Productions comme une étape importante, dans le sens où elle pourrait bien donner un peu plus de visibilité au black metal de Cendres.

Оцепеневшие (doom / drone / indus – Russie) : premier album.

Intitulé Разрыв связи il se présente sous la forme d’un double CD disponible depuis ce mois-ci via Zhelezobeton.

Il existe aussi une édition cassette disponible via NEN Records.

Оцепеневшие  est un projet de membres de Reutoff et Sal Solaris.

Оцепеневшие : SoundcloudFacebook

L.G.

Perdition Winds (black metal – Finlande) : deuxième album.

Intitulé Transcendent Emptiness il est disponible en CD depuis le début du mois de décembre via Hellthrasher Productions.

Perdition Winds : Facebook

L.G.

Ascension (occult black metal – Allemagne) annonce son troisième album.

Les Allemands d’Ascension viennent d’annoncer la sortie de leur troisième album studio, baptisé Under Ether, pour le début de 2018 via World Terror Committee, soit trois ans après la sortie du superbe The Dead of the World. En attendant plus d’informations, le groupe nous gratifie de ce flyer réalisé par  Dávid Glomba.

Ascension: Facebook

World Terror Committee: Facebook / Bandcamp / Site

Adrien.

[Chrönique] Electrified Bodies – Compilation – 2017

Bodyvolt

Electro-wave / synth wave

Vinyle

Quoi de mieux qu’une compilation, qui plus est en vinyle pour célébrer les 10 ans d’activité de son label ? C’est le choix qu’a fait Brigitte Enzler (Beta Evers) du label Bodyvolt, actif dans la scène electro-wave / synth wave depuis 2007.  Electrified Bodies correspond à la troisième sortie en vinyle du label et fait suite à un album de Beta Evers (Delusion), ainsi qu’à un EP de Black Pound (Chasms). En 10 ans ce label n’a sorti qu’une poignée de productions en privilégiant la qualité à la quantité, la discrétion à une communication tapageuse et l’intégrité à la compromission. Sur cette compilation sont rassemblées neuf compositions d’artistes faisant preuve de ces mêmes caractéristiques (du moins en apparence).

Borgne (industrial black metal – Suisse) dévoile un morceau de son prochain album.

Le groupe suisse de black indus Borgne a annoncé la sortie de son huitième album, sobrement baptisé [∞], en CD et vinyle via Avantgarde Music.

L’album sera disponible le 8 avril.

Pour patienter, le groupe nous livre d’ores et déjà le morceau La Porte du Chaos, première piste de cet album :

L’artwork a été réalisé par Labo-O-Kult.

Borgne: Facebook / Bandcamp

Avantgarde Music: Facebook / Bandcamp / Site

Adrien.

[Chrönique] Devil’s Emissary – Demiurge Asceticism – EP – 2017

Third Eye Temple

Black metal

Pologne

CD

Il est de ces groupes que l’on écoute à un certain moment de notre existence et qui ne nous marquent pas : les notes peinent à s’ancrer durablement au sein de notre cortex cérébral, ne serait-ce que pour laisser une simple emprunte, tout fonctionne comme si notre oreille interne était le Rubicon qu’elles n’osaient pas  franchir, reste peut-être un écho abstrait et spectral qui peine à s’imposer et qui demeure trop faible pour être qualifié par le terme de « souvenir ».

Puis, par hasard, nous retombons dessus des années plus tard. Le nom de la formation résonne en nous, mais sans plus. Et nous décidons, malgré tout, de nous replonger au sein cette entité… La lointaine idée que nous réussissons à exhumer de notre mémoire se heurte alors, en bien ou en mal, à cette nouvelle version de ce que nous avions auparavant connu. Pour ma part, Devil’s Emissary est l’un de ces groupes.