[Chrönique] Balance Interruption – Door 218 – Album – 2016.

Satanath Records

Industrial black metal 

Ukraine 

CD

«…Je ris…je hurle…j’ai créé tant de conflits, décadence suprême, beauté du néant, Hiroshima, nihilisme de chaque instant déconstruisant les formes sous une pluie acide, je pleure… je trône victorieux, race de Caïn, je porte un masque, vous êtes mes esclaves, j’en ai plusieurs, je vous tends la main, j’empoisonne votre chair, Luc 10.18, un océan de chair en ébullition, je vous caresse et vous souffrez, je me baigne dans vos fluides corporels, parricide, je jouis dans l’ordure, oh que j’aime mon père !… je vomis des hosties, je viole, je prends, je mens, je gagne, dictature du miroir, je mange mon âme, marche infernale et machinique des hordes anti-humaine, j’entaille la vie, je brûle le monde, je suis heureux et repu… Victoire ! Vous vous tordez comme l’asticot percé de l’hameçon, luxure, révolution,  je manigance, je suis la vérité dans le mensonge, je porte le soleil tel une couronne, un couteau dans le dos, tout cela dans un unique mouvement éternel… c’est moi qui parle dans la bouche de vos leaders, et c’est moi qui bois votre sang…Je vous aime comme mes enfants, je suis dans l’ombre…Je suis partout… dans la lumière…ne bougez plus…C4H8Cl2S….ce monde est condamné… j’y règne, blottissez-vous contre moi…Styx déborde et inonde le monde… J’ai connu les premiers jours, je connaîtrai les derniers…»


Une plongée dans l’esprit chaotique du Mal, de Satan en personne, c’est ce que nous propose les Ukrainiens de Balance Interruption avec leur black metal industriel, déjanté et furieux. C’est à un grand télescopage que nous assistons : riffs acérés, ambiances poisseuses, cuivres décadents, basse très présente, arrangements électroniques, vocaux complètement hystériques et dominateurs…. Le black metal domine, mais des passages jazzy se font aussi entendre (grâce à l’utilisation d’un saxophone) tout comme des touches – moins surprenantes – death metal.

Door 218 est un album imprévisible passant d’une atmosphère quasi feutrée où l’on pourrait s’imaginer quelques lieux enfumés et destinés aux plaisirs de la chair à des scènes de destructeurs bombardements. Happés dans ce déluge nous sommes soumis à une expérience intense. Ici et là, malgré une forte personnalité cet album sur certains passages nous fera penser à Satyricon ou à Thorns voire à Hanzel und Gretyl, mais globalement dans l’esprit et musicalement on pourrait se situer entre Aborym, Dødheimsgard et Blacklodge.

Mais,  Balance Interruption demeure un groupe original et créatif qui nous livre une grosse demi-heure de musique torturée, impressionnante dans sa capacité à construire des ambiances maladives et déstabilisantes. Toujours en mouvement, toujours autre, mais toujours incisives et captivantes les compositions de Door 218 se disloquent comme sous l’influence de forces obscures. Un album éprouvant et complètement fou à l’image de notre époque en quelque sorte.

Balance Interruption : Facebook

Satanath Records : Facebook

L.G.

One Response to [Chrönique] Balance Interruption – Door 218 – Album – 2016.

  1. groudigroudagroudon dit :

    Belle introduction 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *