Category Archives: Chrönique

[Chrönique] Soyuz Bear – Black Phlegm – Album – 2017.

Zanjeer Zani Productions

Sludge / doom metal

France

CD


Après une première démo datant de 2015 (Demo MMXV ) Soyuz Bear, originaire de Toulouse, a refait parler de lui fin 2017 avec un premier album plus solide.

[Chrönique] Hexis – Tando Ashanti – Album – 2017.

Bloated Veins (Cassette) / Halo of Flies (vinyle) / Init Records (CD)

Hardcore / sludge / black metal

Danemark


Voilà maintenant 8 ans (déjà) que Filip et ses divers acolytes danois proposent avec Hexis une plongée abyssale, non pas à la rencontre du « mal avec un grand S », mais à la rencontre de ce que l’Humain  peut receler de dérives potentielles alimentées par ses faiblesses, sa peur du vide et plus globalement par  les forces obscures qui animent en partie notre espèce.

[Chrönique] ColdCell – Those – Album – 2017

Czar Of Crickets

Post-black metal

Suisse

CD

Le label bâlois Czar Of Circkets semble s’être donné pour mission de donner une voix à la psychose helvétique. Car malgré l’image d’Épinal que dégage le pays de l’auteur de ces lignes (et de l’écurie en question), il y a de quoi flipper dans nos montagnes et nos petites villes. Après s’être fait l’émissaire des délires grouillants de Zatokrev (le groupe principal du boss de Czar Of Circkets), le tsar des grillons déterre de l’humus humide son voisin de cimetière ColdCell. Après deux albums en autoproduction, les Bâlois récoltent enfin le fruit d’un travail de fond. Those se dessine comme un voyage souterrain, poisseux, malodorant. La putrescence black metal est omniprésente mais ColdCell parvient à la parer d’un linceul doom et sludge. On sent, dans ces rythmes lents, hypnotiques, ritualistes, que le parrain de la scène suisse, Triptykon, veille sur ses larves (jetez donc une oreille à l’arpège ouvrant Seize The Whole, entre A Dying God et In The Sleep Of Death). On retrouve aussi dans ce chant lancinant et incantatoire des touches chères à Neurosis. C’est d’ailleurs le seul reproche qu’on pourrait faire à Those : cette propension à sonner un peu trop « post », un peu trop « proprement sale », avec cette prod cliché qui pare trop d’album récents, de Thaw à Batushka en passant par Mgła. Mais quand Tainted Thoughts explose le cercueil pour mieux se recroqueviller sur lui-même dans un magma d’atmosphères rock, c’est pour s’orienter vers la fureur rentrée et chargée de sarcasme des derniers efforts de Shining. ColdCell ne se résume toutefois pas à cette somme d’influences, parfaitement décomposées pour mieux fertiliser le sombre terreau où s’ébattent les petits suisses. Boueux.

ColdCell : Site Internet

Czar Of Crickets : Site Internet

AsCl3

[Chrönique] La Torture des Ténèbres – IV – Memoirs Of A Machine Girl – Album – 2017.

Grey Matter Productions

Atmospheric black metal/Ambient/Noise

Canada

Cassette

Véritable téléscopage artistique entre ambient, noise et black metal, la musique de La Torture des Ténèbres est de celle dont l’écoute exigeante en fera décrocher plus d’un. Compact, parfois très chaotique, le parti pris musical de ce projet venu tout droit d’Ottawa est, comme souvent dans la musique extrême, à interpréter à l’aide de différent niveau de lecture. En réduire sa composition à un brouillon de samples sous mixés ne serait pas rendre justice à la beauté romantique mélangée à la brutalité dévastatrice que régurgite en un maelstrom auditif la presque heure et demie de cet album qu’est IV – Memoirs Of A Machine Girl.

[Chrönique] Gianluca Livi avec Stefano Pontani, Massimo Sergi et Domenico Dente – Fleeting Steps – Fleeting Steps – 2017.

Eclectic Productions

Ambient / Experimental

Italie

CD

Gianluca Livi est le batteur d’Anno Mundi, un groupe de doom metal italien qui compte un album dans sa discographie (Cloister Graveyard in the Snow) et pourtant nous le retrouvons dans un univers assez éloigné de ce premier en compagnie de Stefano Pontani (guitare), Massimo Sergi (piano), et Domenico Dente (basse). En effet, ce premier album est plus que difficilement classable ; sa nature profonde est même de jouer sur notre incapacité à le mettre dans une case. Ambient, experimental, rock progressif sont savamment entremêlés pour que jamais l’on ne puisse savoir exactement où se situer, comme si nous étions plongés dans un paysage en mouvement.

[Chrönique] Paramnesia / Ultha – Split – 2017.

 

Les Acteurs de l’Ombre Productions (CD) / Tartarus Records (cassette) / Vendetta Records (vinyle)

France / Allemagne

Black metal

 

Bien connu des mélomanes après notamment la sortie de leur EP Ce que dit la bouche d’ombre en 2013, les Français de Paramnesia sont passés maîtres dans un black metal atmosphérique intense et oppressif de grande qualité. Le quatuor est un habitué des œuvres progressives et intelligemment écrites et décide après un premier split album réussi en partenariat avec les allemands d’Unru de remettre le couvert cette-fois pour le même exercice avec Ultha, formation Colognaise délivrant un black teinté dark wave et qui se surpasse ici pour nous servir ce que le quintet sait faire de mieux, c’est-à-dire une musique chargée en émotions et en violence. L’album contient deux titres, pour une durée d’une quarantaine de minutes et la pochette nous promet un voyage auditif d’où l’on ne sortira certainement pas indemne.

[Chrönique] Lamwool/Nicolas Dick – Post – Album – 2014

OPN

Ambient/dark ambient

CD

France

C’est vers le milieu des années 2000 que le Français de Lambwool a débuté l’enregistrement de ses sculptures sonores, intimistes, et enveloppantes pour finir par s’installer durablement dans la galaxie ambient. Après deux albums remarqués sur le désormais défunt Divine Comedy Records, Cyril Laurent (qui n’est autre que la personne derrière Lambwool) s’est tourné vers le label OPN, l’un des quelques labels indie français a produire avec ferveur, passion et abnégation une multitude de projets bien de chez nous et parfois étrangers (dont le nefolk Harvest Rain), avec une signature musicale oscillant entre l’industriel bruitiste, la post-techno débridée et l’ambient isolationniste, voire dark et crépusculaire. Cette collaboration entre Lambwool et Nicolas Dick (Kill The Thrill, etc.) s’inscrit dans le sillage des précédents opus avec de longues plages voluptueuses, saisissantes, un brin impressionnistes, mais terriblement efficaces. Si A Sky Through The Wall peut être considéré comme le magnum opus de Lambwool, cet album apporte néanmoins son lot d’émotions fortes, de nappes et de tissus de voix synthétiques et acoustiques exaltantes, promenant notre psyché vers des contrées lointaines, inconnues, mystérieuses et oniriques. L’atmosphère, les émotions, l’esthétique musicale lorgne vers un ambient complexe, artisanal et suave, avec parfois un soupçon post-rock. L’orchestration n’est pas trop chargée techniquement, toujours bruissante de sentiments, évoquant l’innocence, le chant des rêves, l’oubli et le regret. Un album sobre, solide et poétiquement amère que l’on peut facilement recommandé aux fans d’une contemplative électro minimaliste et narrativement organique.

Lambwool : Bandcamp

OPN : Facebook

P.B

[Chrönique] Time Lurker – Time Lurker – Album – 2017.

Les Acteurs de l’Ombre

Atmospheric black metal

CD / Vinyle

France


Projet solo du Strasbourgeois Mick, Time Lurker arrive sur la table à décortiquer par le biais du label Les Acteurs de l’Ombre, bien connu pour avoir une belle écurie comprenant les talentueux Regarde Les Hommes Tomber, Déluge ou encore Au-Dessus, pour ne citer qu’eux. L’album éponyme est sorti en 2017 et fait suite à son premier EP I. sorti un an plus tôt. L’œuvre nous livre par ses 7 titres et sa cinquantaine de minutes un black atmosphérique dépressif aux relents post-metal. Son univers Lovecraftien, sa dimension spatiale et sa densité musicale vont étreindre l’auditeur tout au long de ce voyage auditif.

[Chrönique] Cryostasium – Project:00 – Album – 2016

Metropolitan State Productions

Experimental / industrial / black metal

Etats-Unis

CD

On vous parlait avec pas mal d’enthousiasme, il y a quelques mois, de la collaboration américano-russe entre Cryostasium et Abigorum. Les séquelles de cette écoute encore très présentes, on vous propose ici de découvrir, avec un peu de retard, la nouvelle escapade internationale de Cody Maillet. Avant de franchir le détroit de Béring pour regagner ses pénates, le multi-instrumentiste de Boston a fait escale au Japon. Détour tout à fait virtuel puisque l’artiste Meiko qui accompagne Cryostasium en la circonstance est en réalité un synthétiseur vocal développé il y a une quinzaine d’années. Cette invitée désincarnée n’en rend la rencontre que plus fantomatique. Ce chant synthétique sied à merveille au black metal poisseux et dissonant de Cryostasium, balancé au son de guitares ultra saturées. Lorgnant du côté de Xasthur, le massif Suspended In Ether est proprement terrifiant. Les cinq autres compositions s’avèrent moins atmosphériques et plus crues, adoptant une attitude plus punk et brutale. La démarche très expérimentale, la production très rudimentaire et le chant bizarre de Meiko, croisant le fer avec les hurlements frénétiques de Cody Maillet rendent cet album franchement difficile d’accès. Mais on ne peut que recommander aux auditeurs les moins soucieux de leur santé mentale de se ruer sur Project:00.

Cryostasium :  Bandcamp, Facebook

Metropolitan State Productions : Blogspot

AsCl3

 

[Chrönique] Black Altar / Beastcraft – Winds ov Decay / Occult Ceremonial Rites – Split – 2017.

 

Odium Records

Black metal

CD

Pologne / Norvège

Le démon du black metal est fâché : après des années passé à observer son courant artistique iconoclaste se détourner du chemin de la damnation à cause de sous genres trop « hipsterisés » et de leurs disciples mous du martinet, il a dépêché son fidèle lieutenant encapuchonné Shadow afin de remettre un peu d’ordre dans la fosse à cochon à grand renfort de corpse paint, de bougies noires et d’yeux révulsés.