[Chrönique] Amenra – Mass VI – Album – 2017.

Neurot Recordings / Consouling Sounds

Sludge / doom metal / post-rock

Belgique

CD / Vinyle / Cassette

Né en 1999 dans la ville de Coutrai en Belgique, le quintet Amenra est bien connu aujourd’hui du public pour ses albums naviguant dans les eaux mélangées de la scène post, doom, hardcore et sludge. Si l’on met de côté les nombreux splits auxquels ils ont participés, nous en sommes à leur sixième album logiquement baptisé, selon leur chronologie habituelle, Mass VI. La pochette, superbe au passage, interpelle sur le contenu. On sait les Belges créatifs et passionnés, voyons derechef si le ramage de cet opus se rapporte au plumage.


Six titres, une quarantaine de minute, on commence avec l’atmosphérique Children Of The Eye (qui, au passage possède deux versions selon la localisation, l’album n’étant pas mixé pareil pour les États-Unis  ou pour l’Europe). Les gars prennent leur temps, placent le décor tout en poésie musicale.

Les parties s’enchaînent dans une progression logique et envoûtante. Amenra décide avec Mass VI de nous amener vers des horizons un peu différents cette fois sans faire des infidélités à sa ligne directrice.  Le son est sculpté de la même manière mais on a l’impression que le matériau utilisé est différent. D’autre part, il faut mentionner que le chant clair est devenu plus présent.

Le génie d’Amenra réside, dans ces compositions magistrales comme A Solitary Reign faisant alterner dissonances saturées et accalmies intimistes. La lourdeur des guitares et des cris déchirants s’unissent pour faire frissonner la peau de l’auditeur. La tête bouge autant que le cœur s’émeut. Nostalgie, souffrance et passion remontent à la surface comme des bulles d’air soufflées par nos entrailles.

Le voyage s’arrêtera brutalement sur le superbe morceau Diaken, fresque de chagrin et de beauté qui servira de conclusion à cet opus inspiré qu’est Mass VI. Un voyage en terre d’émotion, une œuvre libre et maîtrisée. On dit que le cygne se tait toute sa vie pour bien chanter une seule fois, Amenra lui a donné six raisons de mourir.

Amenra  : Facebook

Consouling Sounds   : Facebook

Neurot Recordings : Facebook

FSV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *