[Chrönique] KH’LULU – Short letters for a long seperation – Album – 2017

Attenuation Circuit
Noise/experimental
Serbie
Cassette

Short Letters for a long Seperation est sans nul doute l’une des plus intéressantes et originales réalisations parues chez Attenuation Circuit. Cet album est celui du projet KH’LULU. Les pièces en présence sont de véritables toiles mémorielles où s’entrecroisent des bribes de souvenirs, des fragments ininterrompus de silence et de réverbérations à grand renfort de samples et de manipulations de corps sonores. Le tout est peuplé de mélodies en perdition, s’autodétruisant et aux accents parfois mélancoliques et fantomatiques. Une poésie sonore des plus glauques s’échappe de masses informes, comme en lévitation. Cet album propose un trafic incessant de toiles sonores cinématiques, psychédéliques et névrotiques. Le côté urbain, bruitiste et industriel des autres productions d’Attenuation Circuit reste d’actualité. Néanmoins cette ritournelle en péril, en panique et errante se rapproche plus des délires acousmatiques et des traitements croisés de Philip Jeck ou Robert Millis réalisés à partir de vieux disques. Il s’agit d’un album encore une fois très difficile d’accès, parfois rebutant, mais suffisamment onirique et mystérieux pour retenir l’attention et inviter l’auditeur à se noyer dans cet insondable théâtre de revenants.

 

KH’LULU : Facebook

 

Attenuation Circuit : Facebook

 

P.B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *