[Chrönique] Vestige – Bruits de chênes et d’ossements – EP – 2018.

Autoproduction

Black metal / ambient

Cassette

France

Dans la foulée de la sortie du split avec Herlequin (Romances factieuses et élégies de l’ost ), le duo d’Ascète a sorti, de manière relativement discrète, une cassette de leur projet secondaire Vestige intitulée Bruits de chênes et d’ossements.


Ces quelques cinq pistes vraisemblablement composées et enregistrées durant l’automne 2017 présentent un black metal sale, raw, et mélancolique, pouvant évoquer Saatkrähe ou les premiers Sale Freux ; cette première sortie se place sous l’influence d’Apollinaire dont ils reprennent le poème Automne. Tout, ici, est brumeux à l’image de ces deux vers :

« Oh! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises »

Nous sommes en plein dans un black atmosphérique que le label Distant Voices ne renierait pas, et qui ne manque pourtant pas d’originalité. Par ce projet secondaire les membres d’Ascète ont probablement voulu manifester et renouveler d’autres influences, davantage teintées de grisaille et de nostalgie.
Torve par ses textes, Patrie Moine par ses riffs, manient avec brio cette « Sainte épée d’mélancolie » et savent nous entraîner dans leur automne, et dans des errances infinies au cœur de la campagne grise et boueuse, une bouteille quelconque dans une main, un recueil quelconque dans l’autre. Enivrez-vous, de musique, d’alcool et de poésie – la brume rendra alors à chaque chose son véritable visage.

I.d.P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *