[Ceremönie – Live report] Dolorvotre, Arizmenda, Blue Hummingbird on the Left & Volahn – 30/1/18 – Lyon.

Les affiches black metal alléchantes en terme de nouveauté sont rares mais la présence du collectif Black Twilight Circle (ou du label Crepúsculo Negro pour les intimes) a quelque chose d’exceptionnelle de part son statut mystérieux et inhabituel (au final mystique). Quelques thèmes récurrents du black metal sont abordés dans les divers projets du Black Twilight Circle, mais les références aux mythes et aux cultes ancestraux des Aztèques et des Mayas proposent un renouvellement des thématiques et un dépaysement total.  Fondateur et leader du mouvement Volahn est le pilier d’une grosse partie des projets du Black Twilight Circle, dont nous retrouvons certains à l’affiche : Dolorvotre (en remplacement de Shataan prévu à la base), Arizmenda et Blue Hummingbird on the Left. La tournée appelée Black Twilight Circle European Conquest foulait pour la première fois ce soir là les terres du Vieux Continent.

Pour cette soirée aux allures de première, nous avons été un certain nombre à pénétrer dans les nouveaux locaux du Rock’n Eat qui n’a plus rien à voir avec le bar de St-Paul. Les lieux se situent dans un souterrain spacieux à l’ambiance plus underground et présentant la particularité d’avoir une scène de taille moyenne, ce qui est un atout non négligeable.

Avant le début des prestations, le décorum de la scène faisait dans le classique avec un backdrop du Black Twilight Circle, un autel avec des chandelles et des ossements, des bougies … Une mise en place digne d’un rituel pour un moment de dévotion totalement black metal.

Les hostilités ont commencé avec Dolorvotre (une seule sortie éponyme à son actif). Le résultat a été à la fois brutal et déroutant. La musique délivrée consistait en un black metal terriblement basique et primaire qui pourrait faire penser aux albums des grandes années de Darkthrone. En live, le feeling des musiciens était très punk avec un son absolument ignoble. Les morceaux se sont très vite enchaînés avec cette impression d’entendre les mêmes chansons : du matraquage en permanence. Mais finalement, ce sont les aspects basiques et primaires qui ont fini par donner une saveur délicieusement particulière à la prestation. On était déjà dans le vif du sujet pour une entrée en matière.

 

Le meilleur du Black Twilight Circle était à venir avec Arizmenda dont la qualité musicale est d’une autre ampleur. Leurs compositions sont bien plus élaborées et inspirées avec un black metal oscillant entre des atmosphères planantes et des passages plus tortueux et jouissifs. Ce projet est une pépite du collectif avec dans l’ensemble une très bonne discographie, en particulier les albums Without Circumference nor Center et Stillbirth in the Temple of Venus. La durée de la prestation, comme pour la précédente, a été très courte malgré des chansons généralement longues. Très peu de morceaux, donc,  mais ils ont été suffisants pour nous ébahir. Le son a encore été capricieux, mais la performance se situe clairement à un cran supérieur.

L’atmosphère générée par le Black Twilight Circle commençait à prendre effet avec notamment un public plus conséquent. Cette embellie a été confirmée avec la prestation de Blue Hummingbird on the Left.  Avant cette soirée, ce dernier était le projet dont j’avais le plus de difficultés à apprivoiser la musique. Ils avaient donc carte blanche pour me surprendre et le résultat a été au-delà de mes attentes. Je parlais de dépaysement total en introduction, justement la musique jouée par BHL a transporté le public ailleurs grâce à l’utilisation d’instruments atypiques et folkloriques issus de leurs cultures ancestrales. Ces éléments ont été un point très positif qui a permis de se fondre dans l’ambiance si spécifique du projet. Les morceaux ont été cette fois-ci plus courts pour une durée de prestation plus longue. Nous avons senti un véritable engagement des musiciens dans leur prestation et cette ferveur a été partagée par un public bien plus réactif que d’habitude. La performance de BHL a été dans l’ensemble très bonne avec un côté sincère faisant la différence. Finalement, il valait mieux faire abstraction du son et se concentrer à l’essentiel : la présence unique de tous ses groupes.

Volahn a été logiquement la tête d’affiche de cette soirée. Il faut tout d’abord souligner qu’il a joué dans les 3 groupes précédents donc cela fait un total de 4 prestations lors de la même soirée. Cette performance incite le respect et il en va de même pour une partie des musiciens qui l’ont accompagné, puisque certains ont joué aussi plusieurs fois. Je vous laisse imaginer le nombre total de prestations durant l’intégralité de la tournée européenne… Pour pas mal de personnes, on touche à ce qui a fait la reconnaissance du collectif dans le milieu du black avec bien sûr des sorties à la qualité reconnue : les albums Dimensiónes del trance kósmico et Aq’Ab’Al. Pour leur prestation d’un soir à Lyon, lui et ses musiciens n’ont pas fait les choses à moitié : des compositions bien retranscrites en live couplée à l’ambiance si prodigieuse de leur musique. Comme pour BHL, ils ont bénéficié d’un temps conséquent proposant un enchaînement homogène de quelques titres issus de leur discographie. Le public, au moins ceux qui étaient devant, en a profité à sa juste valeur. La prestation de Volahn a été excellente en tout point et a été l’apothéose d’une soirée black metal pas comme les autres.

Pour conclure, cette soirée figure déjà parmi les meilleurs dates de concert de 2018. Un grand merci aux protagonistes pour cette événement inoubliable : Ytormis Productions, Egregor Records et le Rock’n Eat live.

Lyon a dorénavant tout pour devenir la capitale du HARD, à bon entendeur…

Black Twilight Circle / Crepúsculo Negro : Facebook

Ytormis Productions : Facebook

Egregor Records : Facebook

LDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *