[Entretien] Dolven (neo-folk/ acoustic doom metal – États-Unis).

image

Voici un entretien de Nick Wusz, le guitariste et compositeur de Dolven.

 

Votre premier album est sorti en décembre, l’année dernière, sur Goat Prayer Records. Ainsi, vous êtes un jeune projet, pouvez-vous présenter votre groupe à nos lecteurs?

Nick Wusz :Dolven est originaire de Portland (Oregon) et consiste en Nick Wusz (guitare), Henry Lauer (chant), Tim Call (batterie) et Jason Walton (bass). J’ai écrit ces chansons sur une guitare acoustique en voyageant avec l’intention de trouver un groupe pour aider à “électrifier” les chansons, et de les enregistrer  la façon d’un groupe de doom metal traditionnel. Alors que j’entamais le processus j’ai réalisé à quel point le naturel et l’émotion étaient sacrifiés avec les guitares électriques, ainsi l’étiquette “Acoustic doom” était née. Avec l’aide d’amis talentueux Jason (Agalloch, Self Spiller), Henry (Ironwood, Weather Veins) et Tim (Mournful Congregation, Weregoat, Nightfell, etc etc), j’ai été capable de donner vie ce projet. Je suis très heureux de comment tout s’est déroulé.

Vous mixez des influences neofolk et doom metal…Vous jouez une musique que vous décrivez comme de l’ “acoustic doom metal », quelles sont vos principales influences pour créer une musique si captivante ? 

Nick Wusz :J’ai toujours aimé les groupes de doom épique avec un chant clair comme Solitude AeturnusWarning, Candlemass et Doomsword. J’aime aussi des groupes de neofolk comme Neun Welten, Sol Invictus, Tenhi, Rome, et en particulier l’album d’Ulver, Kveldssanger. Ainsi, la combinaison de ces deux genres était vraiment naturelle pour moi. Quand je joue de la guitare c’est principalement, sur une guitare acoustique, j’aime son son, et sa portabilité. J’ai tendance à graviter autour d’une sombre musique “doomy” et mélancolique. Les chansons sur  Navigating the Labyrinth sont toutes le résultat de moments d’intimité avec ma guitare dans un sombre lieu à la fois mental et physique.

Votre album traite de la thématique du labyrinthe, en particulier du mythe de Thésée, est-il capital pour vous d’enraciner votre art profondément dans un héritage culturel ? En tant qu’américain quel est votre relation personnelle avec l’Europe ? 

Nick Wusz : Étant originaire d’un jeune pays comme les États-Unis, nous regardons souvent vers notre ascendance culturelle. Pour moi, c’est l’Europe. J’ai vécu en Europe pendant quatre ans, j’y voyage assez souvent, et depuis mon jeune âge je suis passionné par son histoire et sa musique. Pour ce projet, j’ai écrit des paroles au sujet de ma vie, comment elle peut être difficile submergée par la souffrance, et comment peu importe nos efforts il y aura toujours des obstacles et des difficultés sur nos chemins. J’ai réalisé que la maturité réside dans le fait d’accepter ces événements et sachant que la vie est souffrance, et qu’elle ne cessera jamais, alors j’ai appris à  composer. Le mythe de Thésée et du Minotaure dans le labyrinthe en est, je pense, une bonne métaphore.

image

Nick, Henry, Jason, Tim. (© Dolven)

 

Beauté, nostalgie, et noblesse sont les mots qui viennent à mon esprit quand j’écoute votre album…Quel est leur importance dans la musique de Dolven ? 

Nick Wusz :Nous pouvons apprendre de notre passé. Il est possible de méditer sur ce qu’il nous est arrivé, et de changer nos vie pour le meilleur. Nous sommes apparemment entouré par le chagrin, la souffrance et l’obscurité…Cela prend beaucoup de patience et lucidité pour voir le lumière dans le monde. J’ai l’impression de pouvoir facilement voir l’obscurité, le défi est de voir la lumière qui est dans les failles de toute cette obscurité, et de se concentrer dessus. C’est là que l’amour, la compassion et la libération résident. Cela me donne un sentiment de force…..Regarder nos démons intérieures dans les yeux est la chose la plus courageuse que les Hommes peuvent faire. C’est ce que je tente de faire avec la musique et l’imagerie de ce projet.

Que prévoyez-vous pour Dolven ? 

Nick Wusz :Parce que la vie est si chargée avec les autres groupes, les familles et les responsabilités normales de la quarantaine, jouer dans les conditions d’un concert n’arrivera pas. Ainsi, nous sommes uniquement un projet studio. J’ai beaucoup de matériel, et j’espère publier un autre album bientôt.

Maintenant, vous pouvez ajouter ce que vous souhaitez…

Nick Wusz :Merci beaucoup pour l’interview. Un remerciement en particulier pour Terry de Goatprayer Records pour le soutien.

Dolven : Facebook

Goat Prayer Records : Facebook

Par LawOfSun. Entretien réalisé par échange de courriels en mai 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *