[Entretien] La Torture Des Ténèbres

La Torture Des Ténèbres  s’est fait remarquer par sa productivité, la qualité de sa musique, sa forte identité et la finesse de ses thématiques. Nous avons donné la parole à Jessica Kinney en ce début d’année 2018.

L.G. : Bienvenue dans nos pages, votre dernier album, IV – Memoirs of a Machine Girl, est disponible sur le label Grey Matter Production. Comment êtes-vous entrés en contact l’un avec l’autre ?

J. K. : Salut et merci de m’avoir invitée ! Grey Matter a contacté LTDT l’année dernière en demandant si nous voulions porter sur cassette IV. Constatant comment l’idéologie du label s’harmonisait avec la nôtre, nous avons accepté avec plaisir.

L.G. : Les illustrations de vos albums sont dans une esthétique « science-fiction », avec pour certains d’entre-elles une touche dystopique. En fait, il est difficile de ne pas penser à des films comme par exemple Metropolis (Fritz Lang, 1927) quand nous les voyons. Pensez-vous que le cinéma est une influence importante pour vous et pour votre musique ?

Nous ne tirons pas directement notre inspiration du cinéma, mais il nous  a certainement influencé sur un plan subconscient. Notre production musicale finale finit le plus souvent par se marier à une esthétique science-fiction vintage.

L.G. : La dystopie, comme vous le savez, est un genre littéraire. Êtes-vous  familière d’auteurs comme George Orwell, Aldous Huxley, ou Zamiatine?

Pas intimement, mais avec  l’état actuel de la civilisation, ce n’est pas surprenant que notre musique résonne avec des thématiques dystopiques similaires.

L.G. : Il y a cette citation bien connue du roman 1984 : “ “If you want a picture of the future, imagine a boot stamping on a human face—forever.” Quelle est votre vision du futur ?

Une civilisation où la pensée indépendante n’est plus, entravée par  les voix omniprésentes du mercantilisme et de la conformité.

L.G. : Vos compositions sont oniriques, mais leurs morsures sont réalistes….Oniriques par leurs structurations et leur son atypique ; les émotions instillées par votre musique noisy sont très proches du sentiment d’être captif d’un mécanisme social, d’un logique qui contrôle le « peuple ». Êtes-vous familier des livres de Lewis Munford qui était un historien américain de la technologie et de son concept de  «megamachine» ?

Pas de Munford en particulier, mais avec la «megamachine» dans une certaine mesure. La structure globale au travers de laquelle la société fonctionne et dans laquelle ses constituants sont intégrés est un thème récurrent dans notre travail.

L.G. : Votre musique semble cristalliser un anxieux dépassement de notre condition. Cherchez-vous à exprimer l’obsolescence de l’être à travers l’avènement de la non-humanité paradoxalement créée par le genre humain ?

LTDT aspire à explorer une telle déshumanisation  comme une mise en garde contre l’obsolescence de l’être qui en résulte. La perte de soi dans la machinerie sociopolitique est selon notre opinion l’une des plus grande tragédie de notre temps.

L.G. : Le titre de votre album Civilization Is The Tomb Of Our Noble Gods est, je pense, intéressant, pouvez-vous éclairer sa signification ?

“Noble Gods” réfère à l’immense potentiel inutilisé à l’intérieur de chaque être humain. Ce potentiel a été enterré au sein du courant actuel de rationalité oppressive de notre civilisation.

L.G. : J’aurais aimé savoir quelle est votre définition du mot “ Ténèbres” ? Qu’est qui est derrière ce mot pour vous ?

“Ténèbres” se réfère à tout ce qui est inconnu, tacite et intangible et qui exerce son influence sur nous. Les intentions toujours méconnaissables des autres, les malheurs inexprimés que nous commettons les uns sur les autres et les façons intangibles dont la société façonne et contraint nos vies. Ces influences obscures mais omniprésentes nous entourent dans des ténèbres constantes.

L.G. : Les atmosphères dans votre travail ont un aspect très puissant et impressionnant. C’est peut-être une question personnelle, mais quel est votre pire cauchemar ?

Un monde dans lequel les liens humains véritables sont entièrement remplacés par des conventions sociales et des intérêts personnels inflexibles.

L.G. : Vous avez clairement des influences black metal, mais votre musique est aussi nourrie de noise rock et d’influences crust. Considérez-vous La Torture des Ténèbres comme un groupe de black metal ?

Les structures black metal sont au cœur de l’esthétique sonore de LTDT, mais nous avons toujours considéré ce projet comme quelque chose de plus que cela.

FSV : Où avez-vous trouvé tous ces samples et ces ambiances sonores que vous utilisez dans vos albums pour créer une atmosphère unique ? Des vieux films et des documentaires peut-être ?

Des vieux films de science-fiction et des discours historiques célèbres sont échantillonnés dans notre musique, mais la plupart de nos échantillons sont en fait des enregistrements sur le terrain de conversations, de concerts ou d’environnements métropolitains.

FSV : Dans certaines de vos chansons, vous semblez regretter l’absence de personnes que vous avez connues ou même aimées comme dans Love pumps through my veins as quickly as you kiss me goodbye. La musique est-elle le meilleur moyen pour vous d’exprimer vraiment tous ces sentiments et émotions ?

Le but de LTDT n’est pas ma propre catharsis, mais le projet explore de telles émotions, car elles peuvent résulter de l’abandon de soi-même aux courants de la société moderne. Après une dépersonnalisation en profondeur, vous serez méconnaissable et inappréciable pour ceux que vous aimez. Inversement, de telles émotions peuvent aussi résulter du fait de ne pas s’abandonner aux mouvements de la société moderne dans un environnement où tout le monde autour de vous le fait.

FSV : Vous semblez très silencieux sur les réseaux sociaux concernant La Torture Des Ténèbres, pas de page Facebook dédiée par exemple. Pourquoi cela ? Quelle est votre opinion sur les réseaux sociaux comme Facebook ?

Comme je l’ai mentionné plus tôt, puisque LTDT n’est pas exactement un groupe commercial, nous n’avons pas jugé bon de le présenter officiellement comme tel. Les réseaux sociaux sont d’excellents outils pour une communication efficace et généralisée, mais cette nature hautement efficace et globale en fait un outil puissant pour la manipulation cognitive consciente et subconsciente et la diffusion des idéologies populaires.

FSV : La Torture des Ténèbres est votre projet personnel et vous en gérez toutes les parties musicalement parlant. Qu’est-ce qui vous a motivé à le lancer ?

LTDT a commencé comme une forme de psychotrope audio pour le traitement des maladies psychotiques et dépressives.

FSV : Est-ce que la Torture des Ténèbres restera un projet de studio ou penserez-vous à l’avenir à recruter des musiciens avec vous pour donner des concerts ?

Plusieurs représentations en direct ont déjà eu lieu. LTDT a eu l’honneur de partager la scène avec Thantifaxath, Panzerfaust, Cruciamentum et bien d’autres.

FSV : Pouvez-vous nous donner le nom de quelques artistes qui sont importants dans votre vie ?

Lors de la création de LTDT, j’ai été profondément inspiré par Mories de Gnaw Their Tongues et Sang-Ho Moon de Aek Gwi, deux artistes visionnaires dont le travail m’a montré jusqu’à quel point on pouvait repousser les limites de la création musicale. J’ai eu le grand honneur d’entrer en contact avec eux deux récemment. Val Dorr et Reuben Christopher Jordan d’Ævangelist sont des musiciens incroyablement talentueux dont l’approche et la production musicale ingénieuse n’ont jamais manqué de m’inspirer. Aussi très accessible et talentueux, Ken Sorceron d’Abigail Williams et The Accuser lore a été en contact avec moi avant même que LTDT existe. Il a toujours été l’une de mes plus grandes idoles musicales, donc c’était merveilleux de partager des idées entre nous et d’apprendre des choses de lui. Les discussions avec Ken et Markov Soroka d’Aureole dans les premiers jours de LTDT m’ont vraiment poussé à mettre le projet en marche. M. Soroka a été étonnamment favorable à LTDT depuis que Choirs Of Emptiness a été publié ; sa croyance dans le projet et ses potentiels développements ont permis dans une mesure sensible à LTDT d’en arriver où il en est aujourd’hui.

FSV : Vous êtes un artiste très prolifique depuis que vous avez commencé ce voyage musical avec un bon nombre de sorties maintenant. Le processus de composition musicale vous prend-il beaucoup de temps ?

Absolument. Je vis ces chansons jour après jour, et les résultats présentés sur nos disques sont le fruit de processus constants d’évolution compositionnelle.

FSV : Quels groupes écoutes-tu en ce moment ?

Depuis que nous sommes en hiver à Ottawa, j’écoute Vothana, Axis of Light, la période démo de Bosse-De-Nage, Imperial Trumpet, Xothist,  la période démo de  Leviathan, la période démo de Peste Noire et Ghaisiuan.

FSV : Merci pour votre temps. Avez-vous un dernier mot à dire ?

Merci beaucoup d’avoir offert cette entrevue à LTDT ! Et un grand merci à tous ceux qui écoutent et soutiennent notre travail ; nous espérons sincèrement que notre musique peut vous aider à trouver un réconfort sur le plan philosophique et psychologique.

La Torture des Ténèbres : BandcampYoutube

Entretien réalisé par FSV et L.G en février 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *