[Chrönique] Odio Sis – Gestimmseit – Album – 2017

Triple Moon Records

Ambient / industrial

France

 CD

Odio Sis est le projet de l’artiste sonore Nina Hoppas, nouvelle figure de la musique bruitiste et électro-acoustique non académique parisienne. Après deux EP publiés – dont un est chroniqué ici –  en format numérique auprès de netlabels voguant dans les souterrains de la scène expérimentale Nina est de retour avec un album chez les français de Triple Moon Records. Ce nouvel opus s’articule autour d’une trame sonore empreinte de sensibilité, de motifs répétitifs, spectraux et ferrugineux. La musique proposée est sans concession. Planante, elle chevauche les genres avec aisance et une libre intuition. Des voix et traitements sonores des plus divers se conjuguent organiquement et sont au service d’une atmosphère sombre, pensive, inquiétante et isolationniste. Gestimmtseit est un périple dans une musique exploratoire, entre dada nihiliste post-moderne et mélopées industrielles fracturées puisant dans une gamme élargie de matériaux. Ce nouvel EP est un tourbillon noise / drone ambient engagé sur le terrain d’un « devenir révolutionnaire » qui fascinera les amateurs de musiques anticonformistes (savantes ou populaires). En brouillant les lignes Gestimmtseit peut rejoindre les travaux d’un Zoviet France, Maurizio Bianchi (de la première heure), Sigillum S, Die Sonne Satan. L’album est paru en format physique (CD dont l’édition est ultra limitée) et il est aussi soutenue par une version numérique. Un travail artisanal tout en finesse. Recommandé.

Odio Sis : Bandcamp, Soundcloud, Facebook

Triple Moon Records : Facebook

P.B.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *