Tag Archives: Ambient

[News] irr. app. (ext.) (ambient/experimental – États-Unis) : nouvel album.

Intitulé Future Reveries Of The Eoarchaean Biomass, Volume One il est disponible depuis peu uniquement en numérique via Bandcamp.

irr. app. (ext.) : Facebook

L.G.

[News] Le nouvel album de KAUAN (post-rock/ambient – Ukraine) sort aujourd’hui !

Il est disponible via le propre label du groupe kauanmusic sous le titre de Kaiho.

KAUAN : Facebook

L.G.

[Chrönique] Sonologyst – Apocalypse – Album – 2017

Eighth Tower Records

Experimental/dark ambient

Italy

Digital

 

Raffaele Pezzella’s output as Sonologyst is sparse (one album a year), hence, carefully thought. RP is a champion of « dark ambient ». Dark minor chords and endless reverbs? Not quite so. As evidenced by his long-running, popular podcast, « Unexplained Sounds », his tastes lean towards true electronic music. Ambient is a surface, the form, but not the end. As with all genuine experiments, what matters is what lies beneath. Sonologyst prophesizes disaster – his music openly deals with two disciplines art rarely ties together, the occult, and science. Though the quasi-mathematical, sanctified archetypes of electronic music eventually surface – a sequence here, broken beats there, analogue screams -, they are far from being a satisfying cue for the listener to relax and let go. They are the core expression of a metaphysical angst, a second voice nearly outside the musical frame, always busy, building waves of anxiety. So those are paradoxical drones – with angles and perspectives. There are several ways to read them. By the time you encounter Ballard as a footnote to the album’s presentation, you’ll get the point.

Sonologyst : Facebook

Eighth Tower Records : Facebook

J.P.

[Chrönique] Sana Obruent – August – Album – 2017

Blackjack Illuminist Records

Ambient/Drone

United States

Tape/CD

Blackjack Illuminist Records, home of the ever prolific Vlimmer, have linked up with Sana Obruent for this, the California-based artist’s third and most personal release to date..

August initially appears light and airy but lurking beneath the empyrean waves lies a sense of foreboding, perhaps even dread. Something akin to forcing a smile through swelling tears. Still, it is somehow calming. There is a kindness in this musical serenity. Space for consideration and, a rarity for our modern, hectic existence, extended moments which allow us to drift. No clamouring for attention. No bombarding distractions. Here something comforting and natural lies within the reviving tones that are coerced from guitar and guitar alone. To trek through woodland and emerge atop a flat, grey rock overlooking a tranquil lake is tantamount to being immersed in August. The sun still twinkles off of deft ripples and the breeze nibbles gently on the backs of unscarved necks.

[News] Un split entre Sutekh Hexen (black/doom metal/noise/ambient – États-Unis) et Hissing (death/black metal – États-Unis).

Il sera disponible le 6 octobre via The Flenser en vinyle.

Sutekh Hexen : Facebook

Hissing : Facebook

The Flenser : Facebook

L.G.

[Chrönique] Zoloft Evra – Hypoxyphilia – EP – 2017

Marbre Negre

Negative Drone Ambient

Italie

Cassette

Hypoxyphilia – avant d’être le titre de cet EP – est une paraphilie qui désigne les personnes appréciant la pratique de l’asphyxie à des fins érotiques, soit un titre qui ne laisse planer aucun doute quant à la teneur dudit EP : nous mettons les pieds dans des terres sordides où plane un ciel lourd et poisseux. Cette remarque vaut surtout pour les personnes qui ne connaîtraient pas Zoloft Evra, car les autres savent parfaitement à quoi s’attendre…Un drone/dark ambient impitoyable et intense.

[News] Cremation Lily (ambient/industrial – Grande-Bretagne) : nouvel album.

Intitulé The Processes and Instruments of Normal People; Trying and Failing, Falling and Water Running il est disponible en double cassette via le label Strange Rules depuis la fin août.

Cremation Lily : Facebook

L.G.

[Chrönique] Ben Frost – Threshold of Faith – EP – 2017

Mute Records

Electronique/experimental/drone/ambient

Islande

Vinyle/Numérique

Compositeur et ingénieur du son d’origine australienne, Ben Frost réalisa son premier album à 21 ans, en 2001. Cet album, Music for Sad Children, déroutant par le contraste qu’il développe au fil de ses morceaux entre ses boucles de piano, mélancoliques et douces, et les éléments électroniques incisifs qui se greffent dessus, présentait déjà la volonté et les potentialités multiples d’un artiste naissant. Il s’exile en 2005 en Islande, passant d’un hémisphère à l’autre, d’un monde sauvage à un autre, et de la chaleur au froid. D’album en album, sa musique s’alourdit, sa maîtrise des synthétiseurs s’affine et les plaintes de ses débuts font place à une violence unique, à la fois contenue et déchaînée, qui trouve son expression la plus brute dans By the Throat, œuvre vertigineuse dans laquelle l’auditeur est exposé à un danger dont il ignore les causes et les formes. Mélangeant des éléments organiques à des sons répétitifs et mécaniques, Ben Frost livre tour à tour une analyse des machines, une vision renversée du monde et le témoignage d’une souffrance bien humaine (glissant ici et là des hommages à Michael Gira). De la même façon, ses œuvres ne sont jamais que sombres ou mélancoliques, uniquement violentes et imprévisibles. Si elles sont parfois douloureuses, elles sont nécessairement salvatrices.

[News] Un EP pour Oil Thief (ambient/industrial/experimental – États-Unis).

Intitulé Stratagem il est disponible en cassette depuis la fin août via Chondritic Sound.


L.G.

[Chrönique] Toby Driver – Madonnawhore – Album – 2017

The Flenser

Ambient/post rock/experimental

États-Unis

CD/vinyle/numérique

Principalement connu pour les nombreux groupes dont il a fait partie, Toby Driver est un artiste qui joue autant d’instruments que de registres différents. Composant la quasi-totalité de la musique du groupe maudlin of the Well et de son successeur Kayo Dot, clarinettiste avec le groupe de post-rock Gregor Samsa, présent sur deux albums de Vaura, sur une dizaine d’albums de Spoonion 1 et Spoonion 2, sa discographie est à première vue assez déroutante. Ayant visiblement autant appris en groupe que tout seul, c’est en solo qu’il a sorti Madonnawhore en avril 2017.

Rompant avec la densité sonore de Kayo Dot, Madonnawhore commence sobrement, lentement. En apparence très dépouillé, le premier morceau présente différentes couches de son. Des nappes qui, bien que sous-mixées, donnent à l’ensemble des formes, un volume, des dimensions vastes qui laissent l’auditeur songeur. La voix, à la fois claire et noyée sous les effets, prononce des mots difficilement compréhensibles dont s’extraie pourtant une grande mélancolie. Le morceau suivant, Avignon, poursuit l’ambiance impulsée par son prédécesseur. Construit sur un schéma un peu plus visible, Toby Driver décrit à nouveau des visions et des sentiments très abstraits dans un contexte géographique qui parlera à certains de ses auditeurs français :

« Waiting for the hour to hold me

I lost sight of the wind

The city walls that tower above

That smiled upon me

[…] My love is a sigh laughing

As we stroll through holy Avignon »