Tag Archives: Martial Industrial

[News] Premier EP pour Grave of Love (neofolk/martial industrial – Pologne).

Intitulé Decay il est disponible depuis peu uniquement en numérique via Bandcamp.

Un album est en préparation.

Grave of Love : Facebook

L.G.

[Chrönique] Messina 1908 – Compilation – 2017

 

(crédit photographique : Dornwald Records)

 

Dornwald Records

Industrial/martial industrial/neofolk/dark folk/exprimental

Italie/Russie

CD

Quoi de mieux qu’une compilation bien ficelée pour entériner la création d’un label et ainsi faire office de première sortie sous la forme d’une note d’intention ?  C’est ce qu’a choisi de faire le jeune label italien Dornwald Records créé par Lorenzo Nobili cette année même. Intitulée Messina 1908 la compilation en question aborde la destruction de la ville de Messine – une ville italienne, située en Sicile et chef-lieu de la province de même nom –  par un séisme qui a eu lieu en 1908 . On décompta 80 000 morts et il fallut presque 25 ans pour reconstruire entièrement cette ville. Les survivants furent notamment secourus par des marins russes attelés à Augusta. Et, en toute logique ladite compilation fait intervenir des artistes russes et italiens avec pour optique de célébrer ce moment d’entraide et d’amitié entre ces deux peuples.  Messina 1908 est une bonne compilation, relativement bien équilibrée en terme de qualité, elle aurait peut-être mérité malgré tout à plus tenir d’un bloc, mais dans l’ensemble nous sommes face à des titres de bonne facture. Elle fait place à une grande variété de styles et d’ambiances –  des sons durs et sombres cohabitent avec d’autres plus doux et lumineux – s’inscrivant dans le spectre de la scène post-industriel. On peut y entendre l’industriel expérimental de Carnera (qui offre plus un titre servant d’introduction qu’autre chose) et celui plus psychédélique et onirique de Kratong, des compositions dark folk et plus acoustiques avec les participations de Nytt Land et de Moon Far Away (qui nous offrent deux très bonnes compositions), une approche plus pop – dans le bon sens du terme –  et electro avec la piste de Porta Vittoria, tout comme le martial industrial de J Orphic (relativement influencé par Vladimír Hirsch), celui de TSIDMZ (Thule Sehnsucht In Der Maschinen Zeit) ou encore Valerio Orlandini (avec une piste teintée par le souvenir de Der Blutharsch), le drone noisy de Svart 1, nous avons même droit à la folk décalée et rock – qui ne plaira pas à tout le monde – d’Anenerbe Music Club – seul sur une piste et lors de la collaboration avec Corazzata Valdemone qui ferme la compilation. Un label à suivre et à qui l’on souhaite une longue vie !

Dornwald Records : Facebook

L.G.

[Chrönique] H.ø.s.t – Anthology of War – Compilation – 2017

Hell Is Here Production

Pologne

Military dark ambient

Cassette

Hell Is Here Production est un label polonais de metal extrême principalement orienté en direction du black metal. On peut y croiser Moontower, ArkonaBesatt, Hat ou plus récemment Szept, mais avec H.ø.s.t  nous nous frayons un chemin vers des contrées dominées par le martial ambient.

Ce style étant particulièrement stéréotypé il n’est pas rare d’éprouver la sensation de tourner en rond à son écoute, et par conséquent l’effet de surprise n’est pas toujours au rendez-vous. Mais, H.ø.s.t réussit à tirer son épingle du jeu principalement grâce, d’une part, à la tension qui règne parmi les pistes les plus ambient, et d’autre part, grâce à trois compositions : Imperial Spirit avec ses percussions martiales et ses mélodies légèrement balkaniques, Salute to All the Fallen qui appuie sa construction sur la mélodie du cantique Amazing Grace et Winter Melancholy où une mélodie chétive tourne en boucle tandis que des samples, en arrière-plan, se chargent de faire évoluer la composition.

Le plus souvent ces compositions sont dignes d’intérêt  et la  dextérité de leur auteur à agencer les différents éléments qui les constituent n’y est pas pour rien.  Indéniablement  H.ø.s.t  est une expérience qui laisse poindre le malaise. C’est, donc, une tentative réussie de reconstruction d’une période de l’histoire grâce à l’utilisation d’archives sonores, de samples d’artillerie, de gémissements en tout genre, mais aussi par la simulation de l’environnement (souffle du vent, bruit des vagues, etc.).  Présentée comme une compilation cette cassette fonctionne finalement comme un album.  Anthology of War  nous emporte dans sa narration. Cette dernière repose sur la volonté de surprendre l’auditeur tout en le plongeant dans une atmosphère angoissante, hantée par les réminiscences de cette page sombre de l’histoire européenne.

Ainsi, ces pistes parviennent à nous immerger dans la matière historique non sans le frisson inquiétant d’une pensée obsédante : tout cela pourrait recommencer, sous un autre visage bien évidemment…Des modalités certes différentes, mais l’horreur de l’entredéchirement au fond relève de la même teneur :  le cauchemar de la guerre avance toujours masqué aux yeux de la masse…

 

H.ø.s.t : Facebook

Hell Is Here Production : site

L.G.

[News] Un nouvel album pour AREA BOMBARDMENT (martial industrial – Irlande).

Intitulé Republic il est disponible depuis ce mois-ci via Lichterklang en CD.

Area Bombardment : Facebook

Lichterklang : Facebook

L.G.

[Chrönique] Blake’s Optimism- These Things & Us – 7″EP – 2017

Steelwork Maschine

Neofolk/martial industrial/unpop

France

7″EP

Ce vinyle 7 pouces est la première manifestation dans la réalité tangible – tous les mp3 du monde ne voudront jamais un bel objet comme celui-ci – de Blake’s Optimism qui s’est fait connaître justement par quelques pistes disponibles sur différentes plate-formes en ligne, et par quelques concerts (Lyon, Montpellier, et certainement d’autres…). Blake’s Optimism est composé d’Adrien Tibi (Feigur, Attralia, Asubha) et d’Alexandre Caelles (Waveland, Red City Noise), mais pour le vinyle en question c’est Adrien Tibi  et Emil Brahe (Sol) à l’accordéon sur les deux compositions neofolk de These Things & Us qu’il faut créditer. Elles sont complémentées par deux autres pistes : une piste martial industrial de bonne facture et une autre servant plutôt d’introduction et reposant sur des collages de discours ; le genre de piste que les auditeurs de Death In June connaissent bien. Ce dernier est une influence importante dans l’identité de Blake’s Optimism. Identité qui trouve son chemin entre des racines neofolk traditionnelles et d’autres plus récentes à la King Dude. On notera notamment un chant qui tient plus du crooner que de l’aède.  Il est toujours bien difficile de se forger une opinion bien tranchée avec seulement quatre titres, mais le moins que l’on puisse dire c’est que les deux pistes neofolk fonctionnent plutôt bien et que les deux autres ne sont pas dénuées d’intérêt. Blake’s Optimism parvient à nous convaincre qu’il faudra compter sur lui à l’avenir. C’est tout ce que l’on espère ! Un projet à découvrir et à soutenir !

(crédit photographique : Steelwork Maschine)

Blake’s Optimism : Facebook

Steelwork Maschine : Facebook

L.G.

[News] Un EP 7 pouces pour Blake’s Optimism (post-punk/martial industrial/neofolk – France).

Intitulé These Things & Us il est disponible via Steelwork Maschine.

(crédit photographique : Steelwork Maschine)

Blake’s Optimism : Facebook

Steelwork Maschine : Facebook

L.G.

[News] Un EP 7 pouces pour Nihil Novi Sub Sole (martial industrial – Pays-Bas).

Il sera disponible en mars via Beverina Productions.

Les précommandes sont ouvertes. 

Beverina Productions : Facebook

Nihil Novi Sub Sole : Facebook

L.G.