[Chrönique] Vessel of Iniquity – S/T – 2016.

Sentient Ruin Laboratories / Xenoglossy Productions

Black/death metal, noise

Angleterre

Cassette/ CD

Vessel of Iniquity est un one-man band anglais mené par S.P. White qui a sorti un EP du même titre en 2016. Il a été disponible, dans un premier temps en numérique, mais il est désormais possible de l’acquérir en cassette et CD depuis cette année via Xenoglossy Productions ; pour être complet une édition cassette est de plus sortie via le label américain Sentient Ruin Laboratories. Les premiers aspects attirants de ce tout jeune projet sont pour moi l’illustration aguichante et les genres pratiqués : du black/death metal croisé avec de la  noise. Pour l’artwork, la symbolique labyrinthique mise en avant sera le fil conducteur de l’écoute de cet EP 3 titres. La musique de Vessel of Iniquity est inquiétante et plonge l’auditeur dans un marasme d’une rare noirceur dont  il sera difficile d’en ressortir indemne. En plus de prendre la forme d’un labyrinthe, la torture musicale infligée par le projet anglais a tous les ingrédients nécessaires pour nous posséder, nous faire du mal.

L’EP commence avec le titre Void of Existential Terror. Le côté noise très présent dès le début est couplé à du blast et des riffs black. La composition linéaire mais très alambiquée provoque déjà un malaise chez l’auditeur. Son ambiance digne d’un rituel avec ses cris renforce l’horreur. La suite avec le titre Where Even Nothing is Something est dans la continuité du précédent avec un côté plus aérien. L’aspect noise plus marquant contribue grandiosement à l’ambiance. Ce morceau court sert de transition. La fin avec un Chorozon plus calme malgré ses riffs black qui accompagnent le rythme planant. Malgré tout,  le blast est présent à certains moments. Les lignes de chant sont dignes d’une invocation avec ses murmures scandés. Tous ces éléments participent à la désintégration progressive et définitive de l’auditeur au rythme foudroyant de cet EP.

Pour conclure, l’écoute de cette première offrande provoque un effet retentissant grâce à l’ évidente qualité des compositions. Cependant, la comparaison avec Gnaw Their Tongues à cause du style pratiqué, de la noise mixée à du metal extrême, est malheureusement inévitable. Pour se détacher de cette référence en la matière, Vessel of Iniquity se doit d’affiner son identité et faire preuve d’une originalité musicale personnelle. Quid d’une suite ? Il faudra être patient car son géniteur fait partie d’autres projets à consonance funeral doom (The NULLL Collective et Uncertainty Principle). En attendant, Vessel of Iniquity est un projet à fort potentiel qui a su séduire un public de spécialistes et il a tout à gagner par la suite. A noter qu’une édition vinyle est prévue pour le 30 avril toujours sur les deux mêmes labels cités en préambule.

Vessel of Iniquity : Bandcamp

Sentient Ruin Laboratories : Facebook / Site / Bandcamp

Xenoglossy Productions : Facebook / Bandcamp

LDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *