[Chrönique] Hagetisse – Werg Degroot / Godendraak / The Sinister Flight Of Cursed Souls Through Eternal Night – Album – 2017.

 

Autoproduction (numérique) / Nekrogoat Heresy Productions (édition cassette de Werg Degroot sortie en 2018) /  Grey Matter Productions (édition cassette de Godendraak sortie en 2018)

Black metal cru et mélodique

Pays-Bas

 

Mories, alias Maurice de Jong, est surtout connu pour être l’âme perdue à l’origine des terrifiantes expérimentations de Gnaw Their Tongues. Mais dans le sillage de ce monstre  se cachent une foule de projets dignes d’intérêt. C’est surtout Hagetisse qui semble avoir occupé les nuits du Batave ces derniers mois : entre août et décembre dernier, il a livré la bagatelle de trois albums (certes à la durée passablement réduite). Force est de constater que, malgré cette frénésie, la qualité est au rendez-vous. Werg Degroot, Godendraak et The Sinister Flight of Cursed Souls Through Eternal Night constituent trois petites pièces de black metal mélodique « vieille école » très convaincantes.

Le délai très court qui sépare chacune de ses réalisations expliquera en partie l’impression de découvrir ici des œuvres tirées du même moules. Werg Degroot et The Sinister Flight Of Cursed Souls démarrent tous deux sur une intro au synthé aux accents « médiévaux » et quelque peu pompeux. Dans l’ensemble, le black d’Hagetisse renvoie directement au black des années 1990. C’est cru, sans concession, taillé dans un maelström de riffs majestueux et de blast beats colériques. Au milieu de cette apparente débauche de violence se dégage un riffing mélodique, entêtant et mélancolique, évoquant parfois Setherial, Lord Belial ou Watain. Sauf qu’Hagetisse mise avant tout – à l’inverse de ces influences suédoises – sur une production rudimentaire et criarde et des screams noyés dans la disto. Face à ce son cru et cette agression rythmique permanente, on se dit que l’idée de limiter la durée de ces trois albums à une petite demi-heure était sans conteste la bonne. D’autant qu’il faut s’accrocher et se concentrer pour constater une évolution entre des albums au final présentant peu de variations et outrageusement compacts. Reste que ce mix brouillon renforce l’aspect hypnotique de la musique du Néerlandais, soulignée par des synthés stellaires, utilisés avec parcimonie (pas toujours) mais mixés très en avant. En résulte en effet une musique violente mais paradoxalement presque planante, un peu à la manière de Vemod ou, sur ses plages les plus « vintage », renvoyant  au Dimmu Borgir de For All Tid.

 

Hagetisse: Bandcamp

Nekrogoat Heresy Productions : Facebook

Grey Matter Productions : Facebook

AsCl3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *